Face à la multitude et à la complexité des informations qui lui parviennent en continu, l’entrepreneur
a d’abord et avant tout besoin de clarté, de simplicité et de synthèse. Le tableau de bord de gestion
condense les données les plus essentielles en un petit groupe d’indicateurs-clés soigneusement
sélectionnés.

QU’EST-CE QU’UN TABLEAU DE BORD DE GESTION ?

Un tableau de bord de gestion peut se définir comme un outil de pilotage et de suivi de la performance,
au service de l’entrepreneur. Il présente sous un format synthétique, graphique et facilement lisible –
deux pages maximum – une série d’indicateurs stratégiques et essentiels pour la bonne santé
économique de l’entreprise. La nature de ces indicateurs (volumes des ventes, trésorerie, état des
stocks, masse salariale, carnet de commandes…) est bien sûr susceptible de varier en fonction du
secteur d’activité de l’entreprise et des priorités qu’elle se fixe pour son développement.
Pour être efficace, un tableau de bord de gestion suppose une véritable implication de l’entrepreneur
dans la phase initiale de conception. L’outil devra être ensuite régulièrement alimenté et mis à jour
selon une périodicité pertinente et convenue à l’avance, par exemple tous les mois, toutes les
semaines voire tous les jours selon la volatilité des indicateurs retenus.
Bien loin d’un outil abstrait et technocratique, le tableau de bord de gestion peut avoir au contraire
une importance vitale pour détecter très vite les dangers ou – au contraire – les opportunités qui
guettent l’entreprise. Il permet entre autres d’anticiper une baisse du chiffre d’affaires, d’optimiser le
fonds de roulement ou les stocks, d’augmenter les chances de décrocher un contrat en or, etc…

DÉFINIR LES OBJECTIFS ET LES BESOINS DE L’ENTREPRISE

Tout tableau de bord de gestion d’une entreprise se doit d’avoir une finalité clairement définie. Il peut
s’agir bien sûr d’assurer un suivi de long terme sur les performances générales et la situation
budgétaire de la société, mais aussi par exemple de faire croître le chiffre d’affaires, de piloter le
lancement d’un nouveau produit, d’améliorer l’efficience d’une chaîne de production, de redresser le
taux de satisfaction de la clientèle, de raccourcir les délais de livraison…
On distingue généralement les tableaux de bord selon leur horizon temporel. Les tableaux de bord
immédiatement mobilisables pour le suivi de l’activité au jour le jour font partie de la famille des
tableaux dits « opérationnels ». Les tableaux « prospectifs », à l’inverse, sont quant à eux plus adaptés
à une stratégie de long terme. Par souci de clarté, évitez de mélanger les genres dans un seul et même
outil, et privilégiez au besoin la rédaction de deux tableaux différents !

SÉLECTIONNER LES INDICATEURS-CLÉS

Vous ne pourrez inclure que certains des nombreux indicateurs ou éléments statistiques dont vous
êtes abreuvé en permanence. Un choix est donc nécessaire ! Sachez qu’il existe plusieurs types
d’indicateurs : quels que soient les objectifs retenus avec votre équipe, il est recommandé d’inclure au
moins quelques indicateurs de chacune de ces catégories pour réaliser un bon tableau de bord :

– Les « indicateurs de performance » ou KPI (key performance indicators) sont les plus utilisés
et servent simplement à mesurer le niveau d’atteinte des différents objectifs que vous avez
définis. Il peut s’agir du chiffre d’affaires, du parc clientèle total, du délai moyen de réponse
du service après-vente, etc…
– Les « indicateurs de pilotage » se concentrent davantage sur le processus que sur l’objectif :
ils peuvent vous indiquer le niveau d’avancement d’un plan stratégique ou de la conception
d’un nouveau produit, par exemple.
– Les « indicateurs d’efficience » vous permettent d’éviter le gaspillage, et de maximiser le
rendement de votre entreprise par rapport aux ressources dont elle dispose (productivité des
salariés, taux de produits défectueux en sortie de chaîne…).
– Il vous est enfin possible de rajouter des « indicateurs de qualité », qui sont souvent les plus
difficiles à chiffrer. Des enquêtes de satisfaction ou une étude des réclamations adressées au
SAV peuvent vous aider à élaborer des indicateurs pertinents en la matière.

Bénéficiant d’une longue expérience et d’une parfaite maitrise de toutes les composantes liées à la réalisation d’un projet viable, chaque Mentor de la CONECT prend sous son aile un entrepreneur pour le guider et l’accompagner dans chaque pas entrepreneurial qu’il franchira: de la conception d’un Business Model, au montage d’un dossier parfaitement bancable, en passant par l’argumentaire et la bonne présentation de son projet auprès de la banque, jusqu’à l’obtention du financement, le lancement de son projet et son développement.

 

Comment nous concevons le Mentoring avec le programme Thniti by CONECT & QFF ?

 

Grâce à l’expertise professionnelle dont bénéficient les mentors du programme Thniti by CONECT & QFF, nous misons sur l’apport que peut avoir chacun d’entre eux, dans la concrétisation des rêves entrepreneuriaux des jeunes porteurs d’idées de projets adhérents à notre programme.

Durant les deux années qui suivent le lancement de chaque projet, un « Mentor » qui est une personne reconnue pour expérience professionnelle, fera le suivi du « Mentee » qui est au début de sa carrière entrepreneuriale. Ce « Mentor » consacrera au minimum 2 heures par mois à son « Mentee », de préférence en présentiel, pour lui prodiguer conseils et astuces pour le bon avancement de son projet. Le but de ce processus n’est autre que de fournir un accompagnement intégral et surtout personnalisé, aux entrepreneurs adhérents au programme Thniti, et ce, que ce soit durant la phase de pré-création de son projet, celle de la création ou encore celle de son développement.

 

A travers cet accompagnement personnalisé chacun de nos Mentors s’engage à remplir les missions suivantes, afin de permettre à l’entrepreneur qu’il accompagne de mener à bien son projet entrepreneurial :

1 / Accompagner le Mentee dans ses réflexions.
2 / Apporter toute l’aide nécessaire au Mentee pour lui permettre de dépasser les problèmes qu’il pourra rencontrer, et surmonter tous types de défis.
3 / Faire bénéficier le Mentee d’un réseau professionnel, qui lui permettra d’assurer le développement de son entreprise.
4 / Encadrer le Mentee lors de sa participation aux salons, séminaires, ou conférences pouvant lui apporter une valeur ajoutée pour le développement de son entreprise.